Partage d'une sensation et d'une pensée autour de l'écriture

#1
Oui, certes, le titre est un peu long. Mais on a pas toujours besoin de faire court et épuré pour faire passer quelque chose, n'est-ce pas ?
J'ai un peu hésité à écrire dans la catégorie débat, avant de réaliser que ça n'avait rien d'un débat. En fait, ce message j'aurais pus le poster sur twitter en thread, ou sur facebook, ou encore sur Wattpad. Même, j'aurais juste pus en parler sur le discord, comme toujours. Mais pour une fois, je me suis dis qu'il serait intéressant de partager quelque chose de très intime et personnel à la communauté que j'aime de plus en plus chaque jour. Et aussi car on a pas assez d'échanges... "sensibles" ? Il n'y a pas de termes, aussi, je me lance.

Ne vous inquiétez pas, quand je parle d'intimité, il n'y a rien de physique ou de déplacé. Je vous ouvre simplement une des portes cachées au loin dans mon esprit comme dans mon cœur (c'est mignon dis comme cela, non ? héhé, si vous saviez le bordel que c'est ! ha-hem).

En fait, là, de suite, je viens d'écrire le titre "Chapitre 56•" de Persona Zéro. Jusque là rien d'extraordinaire, et pourtant je me suis sentie subitement nostalgique. Et en fait, je me rends compte que j'ai une drôle de sensation à chaque fois que j'écris un nouveau chapitre... mais pas que de cette fiction.
Déjà, au mois d'Août, ça va faire un an que je publie P0, et c'est pas prêt d'être terminé. Et pourtant, je vois la fin de cette oeuvre approcher à grand pas, comme si elle me tendait la main en me faisant des promesses d'amantes. J'ai peur d'y arriver, mais je me sens incroyablement excitée, et ce même avant de poser la première phrase du chapitre. Je me remémore le parcours de cette fiction, et je pense à toutes les personnes qui m'ont lu jusque là. Je frémis à l'idée de partager un nouveau chapitre, en essayant d'imaginer les réactions des uns et des autres. Je tente d'imaginer les sourires, les larmes, tout ce que peut susciter mon récit. C'est à la fois prétentieux et noble, mais je ne suis pas très objective, n'est-ce pas ? Et puis je me rappelles que l'écriture n'est pas innée chez moi, mais qu'elle est maladive. Alors c'est un peu l'angoisse qui prend le dessus. Est-ce que je vais être lu ? Est-ce que ça va leur plaire ? Dois-je vraiment continuer ? Pourquoi n'ai-je pas plus de commentaires, de votes et de lectures ? Que dois-je faire pour m'améliorer ?

D'habitude, je passe au travers de tous mes doutes et de toutes mes peurs. Car oui, je doute et j'ai peur, "comme tout le monde", ou presque. Pourtant on dirait pas au premier regard, que la follasse d'Akaracthe au pseudo compliqué à écrire est en vérité une grande complexée. D'habitude, je publie quand même mon chapitre, et je me sens submergée par l'amour de mes quelques lecteurs. Je me sens gratifiée aussi, même quand je n'ai aucun retour, car je me dis que malgré mes mauvais passages, j'y suis arrivée. Moi j'y suis arrivée là où certains ont échoués, et je souris.

Mais bon, pour une fois, j'ai voulus partager avec vous cette drôle de sensation, cet enchaînement singulier qui pourrait paraître douteux mais qui est, d'après moi, intéressant et nécessaire de partager.

Et vous, à quel point vos paradoxes vous hantent ?

Re: Partage d'une sensation et d'une pensée autour de l'écriture

#2
Je confirme, ton pseudo est très compliqué... ;p Sinon, j'aurais jamais cru que tu doutais, non pas en raison de tes interventions et de la personnalité que tu montres, mais plutôt parce que tu as un nombre tout de même conséquent de vues, et, j'imagine, pas mal de lecteurs réguliers. Mais au final, c'est pas plus mal, surtout quand je remarque certains "auteurs" au nombre de vues immense ne plus se remettre en question, se considérant sans doute comme des sommités.

Pour ma part, je doute aussi, beaucoup, notamment quand je vois toutes ces chroniques aux millions de vues (et de fautes) tandis que je reste autour de mes 500 vues, mais également et surtout quand je jette un coup d’œil aux stats du dernier chapitre et cette courbe du nombre de lectures et de votes chuter sans pour autant qu'un commentaire quelconque ne vienne me fournir une explication. Mais en même temps, il y a toujours ces merveilleux commentaires, parfois sources d'une joie d'une très rare intensité. Toutefois, comme tous, malgré les doutes, je continue, avant tout parce que j'ai des rêves, et je compte bien en réaliser un un de ces jours.

J'ai cependant bien moins de vécu en écriture, ou du moins j'en ai l'impression (mes études doivent y être pour quelque chose), et je n'ai donc que peu de nostalgie en contemplant le peu de chemin parcouru, bien que j'ai toujours une étrange sensation quand je contemple tous ces détails d'une probabilité si infime qui m'ont conduit sur Wattpad, mais aussi à écrire précisément ce que j'écris. C'est juste incroyable, en y repensant.En revanche, j'appréhende beaucoup la fin de mon "livre" que je veux original, mais dont j'ignore comment je pourrais faire quelque chose dans sa continuité après (cette phrase est très mal construite, mais j'ai un peu la flemme de la reformuler).

Re: Partage d'une sensation et d'une pensée autour de l'écriture

#3
Ca fait bien longtemps que je ne me compare plus aux "chroniques" et autres "expériences sociales" trouvables sur wattpad. C'est un public que je ne touche pas et que je ne toucherai jamais, par volonté plus que par dépit ! Autant tenter de proposer du contenu nouveau... et je pense que ça paye plus que la première solution (c'est juste un peu plus long)
C'est vrai que mes statitstiques peuvent faire penser à une petite popularité et... c'est pas tout à fait faux ! Je n'ai pas beaucoup de lecteurs réguliers, mais j'ai au moins systématiquement entre 2 et 4/5 votes sur chacun de mes chapitres. Ce qui est pas mal ! Il me manque plus que des retours de temps à autres, maiiiis bon. On peut pas tout avoir hein ~

Le vécu en écriture ne se compare pas en "temps" à proprement parlé je pense, pour revenir au dernier point que tu as abordé. Après le fait de ne pas ressentir de nostalgie n'est pas anormal en soi. De mon côté, P0 est une oeuvre qui mêle beaucoup de faits personnels, et avec qui je me sens "grandir" de bien des manières. Physiquement, psychologiquement, eeeet j'ai pas d'autres jolis mots à placer ! ~

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron