Re: [Animation hebdomadaire] Parlons images

#72
Cette soirée n'avait été qu'un désastre. Je n'avais pas arrêté de le regarder, le fixer pendant qu'il dansait. C'est comme s'il m'avait oublié, perdu dans ses sentiments, noyé dans l'amour fou qu'il portait à cette fille. Aussi belle soit elle, à mes yeux elle n'était qu'un démon. Je bus des verres et des verres, je ne comptais plus le nombre de fois que je portais à ma bouche ce qui me faisait me sentir mieux. Mes pensées se brouillaient, et, sans plus un mot, je finis par tomber sur le comptoir.

WHAOUH que c'est nul xD! Ce texte me plait pas du tout mais je veux continuer cette animation x) Je suis légèrement en retard :x

Re: [Animation hebdomadaire] Parlons images

#73
Hey, s'il n'est toujours pas trop tard, voici un petit texte (pour l'image, j'étais pas sûr de la boisson, vu le verre, mais étant donné l'état de la personne, j'ai librement interprété) :

La réalité s'éloigne, et l'alcool me vainc,
Malgré ma volonté, mes efforts restent vains.
Cet affreux tourbillon qui biaisait ma vision,
Ce vicieux typhon qui finalement s’interrompt,
M'aura avec l'ivresse, oh miracle, guérit,
Et avec sa tendresse offert l'amnésie.

Enfin je suis en paix, et je vis, et je vogue,
Et mon âme suturée sauvée des monologues,
Ne peux plus désormais aggraver la blessure,
Qu'a subit mon cœur à force de tortures.
Disparus les regrets comme la dernière goutte
De ce verre salvateur qui m'a tiré du doute.

La réalité s'éloigne, et l'alcool me vainc,
Que je remercie ce nectar divin !

Mais dans quel état suis-je, quelle image renvois-je ?
Comment me remettrais-je de ce lointain voyage ?
N'ai-je été abusé par d'envoutants arômes,
Par la robe si claire de ce délicat rhum ?
Et n'ai-je abusé avec ce dernier verre,
De ce petit bourbon qui m'aura mis à terre ?

La réalité s'éloigne et l'alcool me vainc,
Et j'ai l'impression de choir dans le ravin.

Je ne me laisserais abattre comme un simple Kennedy,
Je ne cèderais la victoire, pas même au Kentucky.
Et je bataille, et je rue, je me démène sans savoir,
Que mon sort est scellé, qu'il n'y a plus d'espoir.
Désormais prisonnier d'un corps maltraité,
Je me retrouve isolé, seul face à mes regrets.

Oh formidable réalité, je t'en supplie reviens !
Oh alcool, disparais, quitte ce corps qui n'est tiens !
Bas et hauts sont la vie, si belle imperfection,
Je l'ai enfin compris, je retiendrai la leçon.
Dans un regain d'énergie j'essaie de me mouvoir,
Le constat est sévère, il est déjà trop tard.

Re: [Animation hebdomadaire] Parlons images

#74
Je tente pour la troisième fois d'écrire ce message en espérant qu'il passe.
Rakkyalle le fait que tu aies pris la peine de participer est déjà honorable. C'est un peu court et tu avais un gros concurrent pour cette édition, mais je t'encourage à continuer.
Xetrox, très surpris par cette jolie prose. Par curiosité combien de temps tu as pris pour l'ecrire ?
En tout cas c'était ce genre de texte que j'attendais.
Tu es donc le vainqueur, je te laisse poster une image.
Modérateur

Re: [Animation hebdomadaire] Parlons images

#75
Yeah, je suis content, j'avais adoré écrire ce texte ! Pour répondre à ta question, si je me souviens bien, j'avais fait ça en One Shot, donc j'ai dû mettre autour d'une demi-heure. Bon après, j'avais déjà les premiers vers en tête parce que j'avais vu l'image avant de commencer l'écriture, donc l'essentiel était fait.

Et voici la suite :
► Afficher le texte

Re: [Animation hebdomadaire] Parlons images

#80
Alors voici mon texte :

Cheminant seul dans les bois, mon cœur vacillait. Peut-être était-ce dû à ce milieu presque idéaliste qui était le fruit de mes hallucinations. Cette douce lumière emplissant ce bouquet coloré, cette légère brume inondant les bois telle une vague revigorante prête à me noyer, ce ne pouvait être réel.
Ces grands arbres paraissant dressés par un géant, et ces millions de pétales aux myriades de couleurs semblants être placés là grâce à des milliers de petits êtres féeriques.
Ce ne pouvait être réel. Pourquoi mon esprit élabore-t-il de telles illusions ? Le contraste avec les monstres crachant fumées et gaz et les montagnes de béton et de verre était saisissant. Cela paraissait artificiel.
Mais ce n’est qu’en grandissant que je compris, repassant par ce bois surnaturel que cette couleur si attrayante colorait, qu’elle était le fruit du sang des hommes tombés là, maculant feuilles et ramées. Cette si délicate brume étant le reflet de leurs vies perdues, et cette lumière si tendre les pleurs discrètes de leurs familles décimées.
La mort était partout, et la réalité ma saisit à la gorge. Ce n’était pas le fruit de mon esprit perturbé, mais l’horreur de la vérité.
Vivez votre univers comme votre vie, il en deviendra réel.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron